Le superpouvoir n’est pas de réussir à tout faire

Le superpouvoir n’est pas de réussir à tout faire

Depuis ma tendre enfance, je suis secrètement convaincue que les choses ne sont jamais mieux faites que lorsque je m’y colle… Difficile de se libérer d’années de conditionnement interne voir externe en un claquement de doigts !

J’ai pourtant changé d’avis il y a quelques années maintenant, quand mon mari, mon meilleur allié dans ma quête d’allègement m’a fait remarquer ceci : « La différence entre un bon et un mauvais manager, c’est sa capacité à recruter une équipe compétente, à la former, à l’écouter et à lui déléguer les sujets même les plus importants… surtout eux… Sinon, comment veux-tu analyser les cartes et prendre le temps de trouver le bon cap ?
Difficile et à la fois évident, les données s’alignent et l’équation se résout dans notre ère où tout évolue si vite qu’il faut veiller à la bonne direction que nous donnons car nous ne sommes pas seul à bord !

Si pour les femmes, décrocher le poste de leur rêve sans renoncer à une vie personnelle « épanouie » équivaut encore trop souvent à une double peine ou double charge mentale 🙄, c’est souvent parce qu’il y a un point important qui est souvent oublié dans le process de progression : apprendre à demander. A mieux s’entourer, à se décharger : Le superpouvoir n’est pas de réussir à tout faire. C’est plutôt de créer les meilleures conditions (la dynamique, l’état d’esprit et l’envie dépend initialement de nous) pour que s’expriment et nous enveloppent le talent et l’expertise des autres, que nous porte la force de l’intelligence collective.

Cette nouvelle écologie du comportement nous emmène avec elle, nous défatigue, nous nourrit, nous porte – nos équipes comme nous-mêmes – de « durer » plus longtemps.
Mon approche naturopathique en est nourrie. Je n’aime pas travailler seule mais en équipe avec les expériences de chacun même du consultant en soulignant cette notion essentielle qui est « d’être et durer ».
Parce que réussir seul(e) aujourd’hui, poursuivant sa route comme un cheval de feu, n’est guère possible ni souhaitable et parce que réussir ensemble, OSONS le mot : c’est tellement plus chouette et galopant…

La solidarité et la communication sont des valeurs capitales de notre culture d’entreprise. Travailler dans un climat d’ouverture et de partage augmente le niveau d’engagement des collaborateurs, tout le monde y gagne à condition que le manager montre l’exemple bien sûr.

Cela est parfois mal perçu de l’extérieur mais le professionnalisme ramène vite les choses vers un sérieux auquel on prête attention.
La bienveillance de notre parcours m’a conduite à la naturopathie et la naturopathie me ramène toujours à la bienveillance.

https://www.franceinter.fr/idees/solidarite-et-confinement-les-auditeurs-d-inter-vous-donnent-des-idees-pour-petits-et-grands

J’aime ce point souligné par Anne Lainé, directrice Marketing de Seat France : « C’est l’agrégation des talents qui favorisent la réussite ». Travailler avec des personnes aux profils qui se ressemblent font que tout le monde réfléchit pareil. L’ouverture en collectif permet de rester ancré dans notre société. Les pieds sur terre avec une part de tête dans les étoiles. Cette terre, notre terreau nourri d’interactions qui en font le meilleur engrais au quotidien. Mais ce sera l’effort, la fidélité, cette endurance dans le travail qui donnera à cette terre sa particularité.
Sans oublier que mener un collectif, c’est renvoyer du positif. Dans le détail et la qualité, notre fameux effet miroir, ce fameux mélange qui nous ressemble.

Connaissez-vous ce théorème de la diversité découvert par Scoot Page ? Il s’agit du fondement de l’intelligence collective. Cette équation mathématique nous dit quelque chose de très profond : la performance d’un groupe dépend autant des capacités individuelles que de la diversité des opinions. A notre époque ultraconnectée cela va très vite et cette phrase prend encore plus de poids face à la pandémie actuelle. La puissance du collectif est devenue nécessaire pour mobiliser et faire avancer notre société.

Vous connaissez mon attachement à la mer alors je finirai par ceci :
« Le capitaine reste fixé sur son sens et sa qualité tout en rêvant toujours beaucoup…car l’âme devient ce qu’elle regarde »

Prenez soin de vous 🌿


Partager l’article sur Facebook :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *